Suivez-nous :)

Chapitre VII < Episode i < FFXIII

Page créée le 28/11/11 à 23h24
Contributeurs : AoEmaster


J’étais pleinement consciente. J’avais toujours su ce qu’il se passait autour de moi. Mais le fait d’en être témoin, de mes propres yeux, cela me troublait. Je me sentais perdue de savoir que tout était bien réel. Mais dans le même temps, cela me fit réaliser que je pouvais agir, que je pouvais changer le cours des choses et non rester passive, simple spectatrice. A cet instant, je sentis mon cœur déborder de force et de courage.

Sera leva la tête. Elle contempla Cocoon s’effriter et le cristal, à sa base, qui la soutenait.

« A quoi peut bien rêver Vanille ? », se demanda-t-elle. Quand j’étais changée en cristal, j’observais tout le monde ... est-elle en train de nous observer ?

Même si ses souvenirs s’étaient brouillés juste après s’être cristallisée, tous les évènements survenus autour du lac Bresha lui revenaient parfaitement. Snow était resté près d’elle. Impuissante, il ne l’avait pas quittée. Peut-être était-ce cette larme de cristal qu’il portait qui lui permettait d’entendre le son de sa voix et de voir à travers ses yeux.

Tous ceux qui s’étaient changés en cristal rêvaient de choses différentes. Dajh m’avait rapporté qu’il jouait avec de très nombreux chocobos. Peut-être que ce rêve lui venait de son propre bébé chocobo. Ou alors de son père, Sazh, si je me souviens bien, qui avait voulu lui montrer des rêves extraordinaires. Peut-être était-ce vrai. Elle avait rêvé de toutes ces choses parce que Snow souhaitait plus que tout au monde la sauver. Peut-être aussi parce qu’elle souhaitait, au fond d’elle, que cela soit réel. Il lui était toutefois impossible de discerner la vérité.

Se tenir aux côtés de Snow dans ses rêves lui avait été d’une grande aide, lui avait permis de tenir bon. A rester trop longtemps seule dans ce sommeil glacial, son cœur se serait brisé avant d’avoir pu se réveiller.

Elle souhaita à Vanille de faire des rêves aussi merveilleux. Serah espérait que tous resteraient unis, ne serait-ce que par la pensée.

- « On a, euh, comment dire, on a un long voyage devant nous. Il est temps pour nous de partir. » La voix de Sazh mit fin aux rêveries de Serah. Dajh saisit la main de celle-ci et lui adressa un sourire.

- « Au revoir. A bientôt. »

- « Au revoir Dajh. J’espère qu’on se reverra très vite. »

Elle se remémora son réveil. Le premier contact qu’elle avait eu avec le monde réel, c’était avec ce petit garçon au visage souriant. La première chose qu’elle entendit fut sa voix innocente. Ils foulèrent les terres de Gran Pulse ensembles, main dans la main. Ce moment marqua leur retour dans la réalité. Merci, murmura-t-elle en souriant.

Le soldat enjoignit Sazh à se dépêcher. « Allez, papa doit y aller. » dit Sazh en accélérant le pas.

- « Ils sont partis, hein... » chuchota Hope non loin de Serah. Puis, un autre soldat arriva en courant.

- « Nous avons trouvé ton père. Il arrivera par le prochain vol, avec le vaisseau utilisé pour transporter les marchandises. »

- « Mon père !? »

- « Il ne devrait plus tarder. Ce n’est qu’une question de temps. »

Peu de gens savaient que Bartholomew Estheim était le père d’un l’Cie. Afin d’éviter que quiconque ne le reconnaisse, on avait dû l’embarquer au sein d’un vaisseau de ravitaillement.

- « Une fois qu’il aura débarqué, nous ferons en sorte que vous puissiez vous parler dans un coin plus tranquille, à l’écart. »

- « Merci ... merci infiniment. »

- « Pas la peine de nous remercier. Toutefois, vous devrez vous dépêcher et profiter de la confusion au moment de l’atterrissage pour vous éclipser discrètement. »

Hope finit par quitter ses amis, suivant le soldat qui s’en était allé précipitamment. Pressé par le temps, il ne put adresser en guise d’adieu qu’un hochement de la tête accompagné d’un bref regard.

Snow, qui détestait la solitude, regrettait qu’ils partent tous si rapidement.

- « Bien sûr que c’est triste mais ... ils partent retrouver leurs familles. »

- « Oui, je sais. Hourra. »

Même si leurs chemins prenaient des directions opposées, ils avaient été frères d’armes au cours de leur incroyable épopée. Peu importe la distance qui les séparerait, ils resteront tous liés les uns aux autres à jamais, y compris Vanille et Fang endormies sous leur forme de cristal.

- « Mais, ce n’est pas la fin, tu sais. »

En effet, c’était un nouveau départ. Tous allaient mener leurs propres vies auprès des êtres qui leur étaient les plus chers. Ils bâtiraient ensembles leur avenir.

« Oui ... moi-même je pourrai y participer. »

- « Dis, Snow, j’ai pensé que… je pourrai devenir enseignante. »

- « Enseignante dans une école ? »

- « Oui. Bien sûr, il n’y a pas d’écoles pour l’instant, ni même de maisons… mais il y a tant d’enfants ici qu’on aura besoin de personnes pour les instruire au sein d’établissements adaptés. » Elle avait réfléchi depuis bien longtemps à la façon dont elle pourrait se rendre utile, à la manière dont elle pourrait reconstruire un bout de leur ancien paradis. La réponse se trouvait dans cette idée.

- « Je leur enseignerai la chute de Cocoon, comment tout s’est passé, pourquoi elle s’est effondrée ... »

Ils avaient vécu sans jamais remettre en question les paroles édictées par les Fal’Cie. Ils n’avaient jamais vraiment eu de libre arbitre et acceptaient le simulacre de paradis qu’on leur proposait. Quelle erreur ce fut. Serah voulait que les futures générations de Gran Pulse apprennent à réfléchir par elles-mêmes, qu’elles soient indépendantes.

- « Dans dix ou vingt ans, tous ces enfants auront grandi et seront devenus adultes. Ils pourront alors nous aider à bâtir les fondations de notre nouvelle ville. Avec eux, nous pourrons agrandir celle que nous aurons humblement commencé à construire. »

- « Je pense sincèrement que tu es faite pour ce métier, » approuva Snow d’un grand sourire. « Tu veux façonner l’avenir. »

Quelques-uns de ses élèves deviendraient enseignants à leur tour. Eux-mêmes enseigneraient à d’autres enfants qui eux-aussi éprouveraient le besoin de transmettre leur savoir et ainsi de suite.

- « Dans ce cas, c’est décidé. Je vais te bâtir une immense école. » Il écarta ses bras autant que possible et ajouta : « Immense comme ça. »

- « Une ville avec une grande école et des tas de maisons… on en aura rapidement besoin, non ? »

En s’accrochant à ses rêves, jusqu’au bout, ils finissent par se réaliser. Serah rêvait d’une immense ville qui s’étendrait au loin sur les terres encore vierges de Gran Pulse. Dans un avenir lointain, quand elle ne serait plus de ce monde, le jour viendrait peut-être où on verrait enfin Gran Pulse comme un paradis, un vrai paradis, qu’ils auraient eux-mêmes fabriqué, de leurs propres mains.

- « Hé, Lightning... » commença Serah souhaitant connaître l’opinion de sa sœur. Mais à ce moment-là, une sensation étrange la parcourut, comme si quelque chose l’enveloppait d’une manière qu’elle n’avait jamais ressentie auparavant. Cette sensation disparut aussi vite qu’elle fut venue.

- « Lightning ? »

Lightning n’était plus là. Elle avait disparu de l’endroit où elle se tenait il y quelques instants encore. Serah eut comme une intuition…, non, pas ça, plutôt un mauvais pressentiment.

- « Quoi ? »

Serah fit volte-face et ouvrit grands les yeux.

- « Hein ? »

La tour de cristal lui parut bien plus éloignée désormais. Elle était pourtant certaine de marcher dans sa direction. Peut-être que la récente sortie de son état de stase pouvait expliquer pourquoi elle se sentait si mal.

- « Où es-tu ? » dit-elle d’une voix chevrotante. Bouleversée, elle porta ses mains à son visage. Une larme perla le long de ses joues.

Fin du Chapitre VII
Pirater un compte facebook