Suivez-nous :)

Chapitre V < Episode i < FFXIII

Page créée le 28/11/11 à 23h24
Contributeurs : AoEmaster

C’était comme si elle n’avait pas vu d’enfant rire comme cela depuis une éternité. Une sensation étrange l’envahit. Pourtant, à son réveil sur Cocoon, elle avait dû en rencontrer un bon nombre, parcourant les allées du centre commercial de Bodhum ou même à Euride. « Peut-être est-ce parce que j’ai moi-même changé », pensa-t-elle. Pas vraiment changé mais redevenue celle qu’elle fut auparavant, cette femme d’Oerba qui observait les enfants rire tandis qu’ils jouaient. Cela pouvait sembler surprenant mais qu’ils soient de Cocoon ou de Pulse, tous les enfants avaient le même visage lorsqu’ils souriaient.

« Bien sûr. Peu importe d’où ils viennent. Ce sont toujours des enfants. » s’amusa Vanille. « Tu as raison, » répliqua Fang qui regardait de nouveau la joie sur le visage de Dajh. Elle ne pourrait jamais s’en lasser, pensa-t-elle. Il était de nouveau humain et non plus un l’Cie lié au Sanctum. Lorsqu’elle vit la marque des l’Cie se dissiper pour totalement disparaître du dos de sa main, une vague de soulagement la submergea.

- « Ce qui est arrivé à Dajh n’était pas de votre faute. JE suis responsable. Je ne l’ai pas suffisamment surveillé. Voilà la vérité. »

A l’annonce de ces mots, Fang n’avait rien répondu à Sazh. Ces paroles l’avaient sauvé. Le poids qu’elle sentait peser sur ses épaules s’était allégé, rien qu’un peu. Pourtant, elle se sentait toujours responsable de tout ce qui était arrivé. A cause d’elle, un petit garçon innocent était impliqué et ça, elle ne pouvait se le pardonner, même si cet enfant était originaire de Cocoon. La voix qui résonnait dans sa tête le lui rappelait sans cesse. Pour être en paix avec elle-même, elle ne devait pas implorer le pardon de Sazh mais celui de Dajh. Dès lors que Dajh lui accorderait son pardon, alors elle pourrait se pardonner. C’était ce qu’elle pensait. Mais elle se trompait. Car au bout du compte c’est le sourire du petit garçon qui lui a permis de libérer son esprit de ses propres crimes et non ses mots. Fang porta son regard en direction d’une autre personne dont elle espérait le pardon : Serah.

- « Je laisserai à Serah le soin de te pardonner ou non. » lui avait dit Lightning lors de leur planque à Palumpolum.

- « Nous... nous pardonnera-t-elle ? » s’interrogea Fang.

- « Ne t’en fais pas, » murmura Vanille. « Bien que forte, Serah n’en est pas moins gentille. Elle nous pardonnera. »

- « Et bien, dans ce cas... notre devoir est accompli. Nous avons remplie cette stupide Tâche qui nous a été assignée. Nous avons détruit Cocoon. A présent, les l’Cie ne sont plus. »

Mais, ce n’était pas encore tout à fait la fin. Il leur fallait encore empêcher Cocoon de s’effondrer. Bien que Fang ne perçut pas vraiment cela comme une réelle tâche. Car tout ce qu’elles auraient à faire, c'était de dormir d’un sommeil profond et cela pendant très, très longtemps. Tout ce qui comptait pour elle c’était que Vanille reste à ses côtés, sans qu’elle n’ait à se demander quand elles se transformeraient en Cie’th. Elles allaient passer l’éternité ensemble.

Puis, elles sentirent quelqu’un leur sourire.

Qui est-ce ? demanda Vanille tandis que Fang se retourna.

Elles avaient déjà ressenti cette sensation, il y a bien longtemps. Elles en étaient persuadées. Il en restait probablement une trace, quelque part, dans leurs souvenirs effacés. Vanille murmura le nom de la déesse. La mémoire de Vanille était bien restée intacte. Elle savait donc à qui appartenait ce sourire. Oui, bien sûr. Maintenant, je comprends. Voilà ce qu’est un véritable miracle. C’était comme si un lien était en train de se dénouer. Sa mémoire ne lui était pas revenue pour autant mais elle sentit comme un brouillard se dissiper.

Fang se mit à regarder tous ses amis, un par un. Sazh serait occupé à élever Dajh. Hope n’était pas encore un adulte. Mais Snow et Lightning... Eux vont poser problème.

- « N’essayez pas de nous sauver, de nous ramener avec vous. N’y pensez même pas. A partir de maintenant, ne pensez plus qu’à vous-mêmes. Ou sinon... »

- « Tu sais très bien comment ils sont... » gloussa Vanille.

Fang soupira et la rejoint d’un rire mêlé d’amertume.

Fin du Chapitre V
 
Pirater un compte facebook